poem page

Alcools: 1909

Guillaume Apollinaire


La dame avait une robe
En ottoman violine
Et sa tunique brodée d’or
Était composée de deux panneaux
S’attachant sur l’épaule
 
Les yeux dansants comme des anges
Elle riait elle riait
Elle avait un visage aux couleurs de France
Les yeux bleus les dents blanches et les lèvres très rouges
Elle avait un visage aux couleurs de France
 
Elle était décolletée en rond
Et coiffée à la Récamier
Avec de beaux bras nus
 
N’entendra-t-on jamais sonner minuit
 
La dame en robe d’ottoman violine
Et en tunique brodée d’or
Décolletée en rond
Promenait ses boucles
Son bandeau d’or
Et traînait ses petits souliers à boucles
 
Elle était si belle
Que tu n’aurais pas osé l’aimer
 
J’aimais les femmes atroces dans les quartiers énormes
Où naissaient chaque jour quelques êtres nouveaux
Le fer était leur sang la flamme leur cerveau
 
J’aimais j’aimais le peuple habile des machines
Le luxe et la beauté ne sont que son écume
Cette femme était si belle
Qu’elle me faisait peur

Alcohols: 1909

Saagar Asnani


The lady donned a gown
Of violet Turkish silk
And her chemise lined with gold
Was made of two drapes
Fastened at the shoulder
 
Eyes dancing like angels
She laughed she laughed
She had a face colored like France
With her eyes blue teeth white and lips so very red
She had a face colored like France
 
She had a low round neckline
And hair styled into a messy bun
With her beautiful arms bared
 
Will we ever hear the clock strike midnight
 
The lady in the violet Turkish silk gown
And chemise lined with gold
Cut round and low
Flaunted her curls
Her golden tiara
And carried her little buckled slippers
 
She was so beautiful
That you would not have dared to love her
 
I used to love cruel women in outlandish districts
Where every day new beings were being born
Their blood of iron their mind of flame
 
I loved I used to love the people deft with machines
Luxury and beauty are but their scum
This woman was so beautiful
That she made me afraid